Catégorie Roman

Pâté pour Chien

Mai 2022 : les enquêteurs Côté et Tremblay sont appelés sur les lieux d’un drame. Ce qui n’était qu’une banale attaque d’animal sauvage devient rapidement, pour la détective Côté, une enquête de meurtres multiples.

Rassemblant d’autres cas comme le sien, elle tisse le portrait d’un tueur aux méthodes douteuses. Parviendra-t-elle à convaincre ses collègues de la justesse de son raisonnement pour pouvoir mettre fin aux agissements du meurtrier ?

Entrez avec les enquêteurs dans une chasse à l’homme captivante et découvrez les aspirations profondes de l’assassin.

Cliquez pour télécharger l'extrait

Chronique de Luna Lie "Le Bookclub"

J’ai l’immense bonheur de vous présenter Pascale Dupuis Dalpé, auteure québécoise extraordinaire. Pâté pour chien est son nouveau livre et son premier roman policier. Si vous désirez plonger dans une intrigue policière hors du commun, je vous recommande cette lecture.

L’histoire débute avec un Prologue incroyable. Divisée en trois parties, cette intrigue policière est écrite avec une plume recherchée et un souci de perfection. Le travail du développement : de l’histoire, de l’intrigue, des personnages, de la psychologie des personnages sont d’une maitrise quasi parfaite. Pascale domine en tout point la structure et l’élaboration d’un roman policier. La construction courte des chapitres soutient efficacement le tempo et le crescendo de la tension. Les émotions sont transmises avec une justesse inouïe. Il est rare de pouvoir dire que tout est parfait, mais pour ce livre, c’est le cas. Tout est parfait. Tout est bien mesuré et tempéré. Le souci de cohérence et de concordance est un aspect tout à fait saisissant, tout comme le réalisme de l’histoire. Une intrigue policière totalement singulière et surprenante !

L’égalité entre les sexes tout comme la violence faite envers les plus faibles et démunis sont des sujets extrêmement importants pour Pascale. Elle milite, à sa façon, afin de faire bouger les choses et « réveiller » les lecteurs.

Le thème principal dénonce irréversiblement les violences domestiques et ce, dans toutes les sphères. Pascale dénonce sans censure les défaillances du système de justice, les lois actuelles plus qu’archaïques, la lenteur des procédures ainsi que les interventions trop tardives envers les victimes. Elle soumet des pistes de solutions avec une ténacité inégalée. Les homicides et la violence, sous toutes ses formes, sont indéniablement un problème sociétal et malheureusement, peu pris au sérieux. La société semble banaliser encore ces actes barbares. Pascale soulève de profondes réflexions chez le lecteur.

Tout est décrit avec une tempérance parfaite. Il n’y a pas de superflues ni de négligence. Chaque élément est là avec une prestance sans équivoque. Le portrait de l’abuseur est détaillé sous tous ses angles autant que celui de la victime. Les conséquences à court, moyen et long terme sont nommées sans équivoque. On partage tout ce que l’abuseur autant que la victime ressentent et subissent. Pascale réfère efficacement son lecteur à la loi du Talion. J’ai constaté l’importance de la langue française pour l’écrivaine. Elle est soucieuse du choix de chacun de ses mots. La variété et la richesse de son lexique m’ont plu énormément. Chaque mot est bien recherché et placé. Rien n’est laissé au hasard... Chacun signifie exactement ce qu’il en réfère.

Le titre prend tout son sens à un moment précis de l’histoire. D’ailleurs, l’auteure dénonce toute l’hommerie de l’homme. Au travers la meute, il y a un message très personnel que l’auteure espère transmettre : Le respect splanchnique envers tous les animaux et particulièrement les chiens, pour les besoins de l’histoire. Je confirme que certains passages concernant la cruauté sont particulièrement choquants et difficiles à lire. Cependant, ils sont totalement justifiés. C’est un mal nécessaire au récit. L’animal ne naît pas mauvais, il le devient. La façon dont le maître traite son animal influence en tout point le comportement de la bête et sa fidélité. Il est possible de faire la différence dans la vie de chaque être vivant. L’amour et le respect sont des alliés qui créent les liens les plus forts.

Le dénouement est magistral. Pascale démontre, hors de tout doute, son immense talent d’écrivaine. Cette portion importante et finale de l’histoire aurait pu prendre plusieurs tangentes. Mais le choix de l’auteure est définitivement digne des plus grands romans policiers. L’Épilogue est fabuleusement poignant !

J’aurais beaucoup de choses à dire au sujet de ce livre. Par respect envers l’auteure, les lecteurs et cette œuvre littéraire, je me suis concentrée sur le principal. Cependant, j’avoue que mon retour a été réellement approfondi avec Pascale. L’auteure connaît tout l’amour et la fierté que je porte à ce roman.

Je souhaiterais que ce livre soit lu par tout le monde et qu’il fasse bouger les choses…

Sincèrement, j’aurais VRAIMENT aimé écrire cette histoire-là !